top of page
  • Photo du rédacteurATELIER BE

Urgence versus émergence.

A l'heure des crises – politiques, économiques, sociétales et environnementales – qui sont devenues partie intégrante de notre quotidien, expérimenter de nouvelles manières de « faire l’architecture » devient un enjeu sociétal majeur et non seulement un exercice de réinvention ou de style.

Pour l'architecture, ce « faire avec » devient aussi un terreau fertile et idéal à expérimenter de nouveaux modes de « faire » et a pour résultat nombre d’initiatives locales mettant les habitants au cœur de nouveaux processus architecturaux.

De déroger aux nombreux actes juridiques, normes et réglementations qui la régissent ? Chercher des alternatives à ce qui fait mot d'ordre ?


Les opportunités


« Faut-il seulement construire des bâtiments ou chercher à faire des lieux ? »

Vous amener, à imaginer des espaces libres du temps et de la mémoire, des espaces démocratiques ouverts, non programmés, gratuits, des espaces en devenir où tout est possible. Mettre l’accent sur « la générosité et la prévenance de l’architecture», notions généralement oubliées par nos regards plutôt portés sur l’objet construit ou à construire, au détriment des dispositifs permettant d’aller au- delà des besoins, des désirs d’autrui et des désirs d’échanges.

« Le problème n’est pas d’inventer l’espace, encore moins de le réinventer(…), mais de l’interroger, ou, plus simplement encore, de le lire ; car ce que nous appelons quotidienneté n’est pas évidence, mais opacité : une forme de cécité, une manière d’anesthésie.» Georges Perec – Espèces d’espaces


-Envisager l'espace public comme espace des possibles, travailler avec le lieu pour accepter l'imprévu (Lucien Kroll)

-Faire résonner projets artistiques et projets urbains

-Susciter une urbanité curieuse et créative

-Affirmer l'espace public comme lieu de liberté, de mixité et d'expériences

-Inventer d'autres parcours dans les trois zones d’intervention, imaginez d'autres cartographies

-S'adresser à la population dans sa « diversité sociale », générationnelle, territoriale, nouveaux arrivants, habitants et usagers dans l'entité comme amateurs de création contemporaine dans l'espace public

- Démultiplier les regards sur l'entité « observer « l'existant » de manière plus méticuleuse, c'est pouvoir découvrir des « interstices », des entre-deux, des failles dans la production rationnalisée de la ville. Il nous faut réadapter, réparer, réutiliser au lieu de tout refaire. Il nous faut pas détruire, oublier mais faire avec le lieu, avec l'existant pour l'utiliser » Lucien Kroll


« Il faut développer du lieu commun ! Un lieu est commun ou urbain si et seulement si l'altérité s'y déploie » Thierry Paquot

Instaurer un laboratoire du changement, de l'innovation sociale et culturelle. Un espace pensé par ses habitants pour favoriser culture et bien-être.

En considérant cet objectif comme outil et méthode d’investigation, de révélation, de compilation d’« espaces autres » où l’imaginaire, les récits, les images, les particularités, les identités de ces espaces inattendus feront LIEU à …


Le choix de ces lieu infinis devient dès lors des points de départ possibles pour découvrir un autre réel tel qu’un Philippe Vasset définit comme « le double fond du monde » dans son livre « Un livre blanc. Récit avec cartes. ».

Nous pensons qu’au travers cet ensemble de cartes, nous mettrons en lumière tout le potentiel d’un renouveau possible pour les Douars.

Cette base de données constitue le premier jalon pour faire surgir un « autre réel » à partir des explorations urbaines des zones blanches et de la mise en évidence du potentiel à en dégager.


« Les interventions dans la rue permettent de créer la rencontre entre habitants, ce n'est pas l'objectif final, bien au contraire. L'enjeu est, le plus souvent, de pouvoir réunir ces personnes autour d'objectifs et de projets fédérateurs dont il est important que ces individus soient volontaires et libres de s'y inscrire car ils sont avant tout la force et le moteur de ces enjeux. » Patrick Bouchain

Comment participer à la construction du bien commun ? Une ville, doit- elle encore répondre aux besoins primaire qu’a défini le CIAM comme étant : habiter, se récréer, travailler, circuler, ou existe- t- il des besoins autres dictés par le contexte immédiat.

Ces lieux en attente constituent généralement le point de départ de notre approche conceptuelle, constituant des terrains d’exploration d’une méthode prospective, comme lieux d’échange avant tout. Échanges entre étudiants, enseignants et professeurs, entrepreneurs, ingénieurs et architectes.

L’espace comme laboratoire de réflexion ayant comme objectif la production d’un groupe, d’un ensemble de questionnements individuels autour d’une thématique commune porteuse de questions et de projets : L’éco responsabilité.

«L’actuel n’est pas ce que nous sommes mais plutôt ce que nous devenons, ce que nous sommes en train de devenir, à savoir l’autre, notre devenir autre » M Foucault

La bibliographie

-Texte d’introduction du programme (p.1) par Alice Finichiu & Jean-Marc Sterno – séminaire de recherche au sein du centre de recherche Léonard de Vinci (ULB + ARBA) prévu en 2019

-Althabe Gérard - Urbanisation et enjeux quotidiens – l’Harmattan - 1985

-Attali, Jacques - Histoire de la modernité – Robert Laffont - 2013

-Augé, Marc - Pour une anthropologie des mondes contemporains - Flammarion – 1994

-Augé, Marc - Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité – Seuil – 1993

-Bey, Hakim - TAZ. Zone autonome Temporaire – Edition de l’éclat - 1985

-Balandier, Georges – Le détour : Pouvoir et modernité - Fayard - 1988

-Bouchain, Patrick - Construire autrement – Acte sud – 2006

-Boutinet, Jean-Pierre - Anthropologie du projet - Paris, PUF – 1993

-Careri, Francesco - Walkscapes. La marche comme pratique esthétique – éditions Jacqueline Chambon – 2013

-Choay, François - Pour une anthropologie de l’espace – seuil - 2006

-Clément, Gilles - Manifeste du tiers paysage – Sujet-objet - 2004

-Clément, Gilles - L’alternative ambiante – Sens et Tonka – 2014

-Corcuff , Marie-Pascale - Penser l’espace et les formes, thèse de doctorat en géographie – université de Rennes 2 - 2007

-Debray, Régis - Vie et mort de l'image. Une histoire du regard en Occident – Gallimard – 1991

-De Certeau Michel – L’invention du quotidien, 1.arts de faire – Gallimard, folio essais - 1990

-Desprès, Carole - La banlieue revisitée – Québec – 2002

-Encore Heureux collectif – Lieux Infinis – Institut Français – éditions B42 - 2018

-Finichiu, Ana-Alice - Territoires entre-deux. Agencements ; biopolitique et junkspace. – thèse de doctorat en architecture – Faculté d’architecture de l’ULB – 2014

-Foucault, Michel - Des espaces autres (1967), Hétérotopies. In Architecture, Mouvement, Continuité, N°5, octobre 1984, pp.46-49

-Goetz, Benoît - La dislocation. Architecture et philosophie – éditions Verdier – 2001

-Grosjean, Michèle & Thibaud, Jean-Paul - L’espace urbain en méthodes – éditions Parenthèses –2008

-Hall, Edward T - La dimension cachée – éditions du Seuil – 1971

-Koolhaas Rem – Junkspace – Editions Sujet/Objet – 2005

-Laïdi, Zaki - La tyrannie de l’urgence – Montréal, Fides - 1999

-Latour, Bruno - Nous n’avons jamais été modernes – La découverte - 2006

-Lefebvre, Henry - Le droit à la ville – Paris, Anthropos – 1968

-Marot, Sébastien - L’art de la mémoire, le territoire et l’architecture – éditions de la Villette – 2010

-Mongin, David - La ville franchisée – éditions du Moniteur – 2004

-Paquot Thierry & Masson-Zanussi Yvette – Alterarchitecture Manifesto – Gollion, Infolio- 2012

-Paquot Thierry – Désastres urbains, les villes meurent aussi – edition La Découverte - 2015

-Pigeon, Jean-Raphaël - Entre-espace – TFE école d’architecture Laval – 2013

-Tamius, Alain - Anthropologie du mouvement – éditions Paradigme – 1989

-Vanseymortier, Juliette - Quelle démocratie dans nos pratiques ? – éditeur Champ social - 2012

-Vasset, Philippe - Un livre blancs – Fayard – 2007

-Younès, Chris & Mangematin, Michel - Lieux contemporains – Descartes & Cie – 1997

Comments


bottom of page